Xinjiang, identités en sursis

Aux confins nord-ouest de la Chine se révèle l’immense province du Xinjiang (littéralement: « nouvelle frontière »), plus rarement appelé Turkestan oriental. Jusqu’à peu, cette région était majoritairement peuplée d’Ouïghours, un peuple turcophone et musulman sunnite; mais également de Kazakhs, Hui, Kirghizes, Mongols, Tadjiks et autres minorités venues d’Asie Centrale. Les Hans (ethnie chinoise majoritaire), arrivés par millions ces dernières décennies, représentent désormais plus de 40% de la population locale. Les efforts de la Chine, pour étouffer un mouvement séparatiste et siniser ses régions frontalières, ont transformé le Xinjiang en un vaste laboratoire de contrôle social et de surveillance intérieure. Il est presque impossible de se déplacer dans la région sans ressentir le regard implacable des autorités.

A la recherche de nouvelles frontières dans les oasis qui ponctuent l'ancienne route de la soie, par-delà les espaces vides et solitaires, j'ai rempli ma mémoire de ces horizons aux visages découverts. Dans les ruelles du vieux Kashgar, au cours d’une partie de Bouzkashi (jeu de "l'attrape chèvre") ou encore lors d’un mariage traditionnel tadjik, je me suis laissé porter par les différentes expressions en quête d’harmonie... laissant aux lisières des déserts, des steppes et des sommets enneigés de l’Asie centrale, quelques empreintes intimes de peuples en déclin face à une nouvelle révolution culturelle en marche.

Vieil homme dans un village du xian autonome tadjik de Tashkurgan
Des équipes de cavaliers s'affrontent au Bouzkashi, sport emblématique des peuples nomades d'Asie centrale
Cavalier aux confins du Pamir
Une jeune fille pose joyeusement à l'intérieur d'une habitation vétuste
Femme ouïghoure devant la porte de sa maison, à Kashgar
Deux femmes de l'ethnie tadjike se blottissent l'une contre l'autre
Une femme joue du daf (tambour sur cadre de la tradition persane) lors d'un mariage
Enfant espiègle dans un bus, sur la route du Karakorum
Aksakal (vieil homme à  barbe blanche) dans son échoppe de village, près de Turpan
Un homme revêt son fils d'une doppa brodée, la calotte traditionnelle
Femmes tadjikes dans la région de Tashkurgan, à la frontière chinoise du plateau du Pamir
Un homme porte affectueusement sa fille, habillée spécialement pour une fête familiale
Une mère et son fils observent les badauds
Une horde de cavaliers surgit à l'horizon, dans le massif du Karakorum
Partie de Bouzkashi, sport équestre collectif très populaire en Afghanistan
Marchand de pommes au Grand Bazar de Kashgar
Hommes âgés qui vaquent à leurs occupations quotidiennes
Villageoises à l'intérieur d'une pièce décorée de tapis et de broderies
Jeune marié dans un village près de Tashkurgan
Route entre Kucha et Hotan qui traverse le désert du Taklamakan, surnommé la "Mer de la mort"
Un militaire chinois en mission d'escorte, durant une pause sur la route du Karakorum
Le col de Khunjerab marque la frontière avec le Pakistan, à 4693 mètres d'altitude
Une femme danse lors d'un mariage traditionnel tadjik
Hommes ouïghours dans la vieille ville de Kashgar
Jeune garçon dans la région autonome tadjike de Tashkurgan
Enfant sur sa licorne à bascule, près des ruines de Jiaohe

© 2018 by Maxime Crozet. Tous droits réservés.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now